Destruction de boutiques mauritaniennes au Sénégal : Isselmou Ould Hanefi : Communique de Presse

Les incidents regrettables du lundi 29 janvier à Saint-Louis qui ont conduit une population  en colère à piller, vandaliser  et bruler les cantines et boutiques de paisibles citoyens mauritaniens, nous inquiète au plus haut point.

Des mauritaniens, qui ont pour seul tort, d’œuvrer par leur travail, le caractère pacifique de leur savoir vivre, de soutenir le développement et la stabilité sociale du Sénégal.

Ses attaques brutales, et incontrôlées  qui ont changé fondamentalement et en quelques minutes,  la vie de pauvres citoyens maures, font suite  au meurtre d’un pêcheur guet-ndarien par les garde-côtes mauritaniens, tout au moins, c’est le prétexte avancé.

Il est bien vrai que nos gardes cotes pouvaient régler le problème sans passer par les armes, même si, les pêcheurs sénégalais ont encore une fois tort de pêcher dans des zones qui ne sont pas les leurs et de surcroit interdites

Ceci étant, l histoire se répète. Si non,  qu’est-ce que des boutiquiers paisibles ont avoir avec un incident entre des gardes cotes chargés de faire leur travail et des pêcheurs qui ont pris le risque d’ aller chercher du poisson dans des zones qu’ ils savent très bien interdites et risquées ?

La réalité est que le gouvernement du Sénégal, sait bien que l’accord de pêche entre la Mauritanie et le Sénégal est caduc depuis 2015. Un vide juridique  qui a déjà entraîné plusieurs incidents du genre.

Et qu’il aurait du être plus préventif, en négociant des accords, à mesure de protéger ses citoyens, en leur permettant de pécher de manière légale, dans le respect des lois et  la souveraineté d’un Pays frère et voisin.

Autant nous condamnons le meurtre de ce pêcheur Sénégalais, autant nous aurions aimé entendre des propos  mesurés du Président de la République sœur du Sénégal et du Gouverneur de Saint-Louis.

L’intervention de Macky Sall à partir d’Addis Abeba  et du Gouverneur de Saint-Louis ont été influencé par la rapidité et l’ampleur des manifestations surprises contre les commerçants mauritaniens  et non pas été suffisamment conciliants.

Ce qui a malheureusement exacerber, raviver la tension et a fait payer à nos concitoyens la facture salée due aux faiblesses des deux Etats à trouver des solutions préventives et durables pour ce genre de problèmes tristement récurrents.

La situation étant ce qu’elle est devenue, nous appelons à la retenue de part et d’autre et rappelons  l’importance des intérêts de nombreux citoyens, vivants dans les deux Pays, dans la consolidation de la paix, dont les retombées sont mutuellement bénéfiques.

Nous interpellons les deux Présidents de la République à tirer les leçons de cet événement,  en tenant compte du fait que,  l’Etat mauritanien ne veut que protéger fermement sa souveraineté maritime.

Ceci devrait se traduire, par l’ouverture de négociations dans les meilleurs délais, pour aboutir à un nouvel accord de partenariat, qui offre un cadre  plus sur et plus bénéfique pour les pécheurs de Guet ndar.

Faire la pêche sans autorisation dans les eaux d’autrui et crier au scandale, en cas de problème, n’est pas le moyen de communication approprié, avec les services  mauritaniens de contrôle maritime.

Et ce n’est pas non plus  une bonne idée, pour avoir du poisson, en cette période trouble de fin de mandat des deux Présidents, qui sont confrontés à de sérieux problèmes sociopolitiques et économiques dans leurs Pays respectifs.

Isselmou Ould Hanefi

A propos

Site web d'information et de communication de L'ONG SOS Abbere

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*